photo cliche médecin moderne tablette stéthoscope

Le bilan pré-opératoire

Le bilan pré-opératoire est une étape fondamentale vers le succès d’une opération. Dans le cas d’une cataracte, l’évaluation du besoin, des envies, les activités et les habitudes de vie du patient est pertinente afin de choisir au mieux la technique et le matériel.

L’historique du port de lunettes et la mesure actuelle du besoin de lunettes sont bien sûr les données les plus importantes.

L’examen médical proprement dit comprend un bilan exhaustif appuyé par analyse en OCT de la rétine, de la macula, et des nerfs optiques afin d’être certain de l’absence d’une maladie associée.

nidek microscopie spéculaire bilan cataracte opération

Microscopie spéculaire

La « microscopie spéculaire avec comptage endothélial » est un examen indispensable : il s’agit de vérifier que les cellules de la face postérieure de la cornée sont assez nombreuses pour résister au stress de l’opération. L’œdème de cornée qui est banal et transitoire après une chirurgie de cataracte ne doit pas perdurer par décompensation de la cornée parce que cet examen n’aurait pas été fait... Un examen anormal peut-être une contre-indication chirurgicale.

mesure biométrie nidek bilan cataracte opération chirurgie

Mesure biométrique

Les mesures « biométriques » de l’œil à opérer permettent de calculer l’implant à choisir. Les biométries optiques sont aujourd’hui la référence, le choix appuyé sur de multiples formules, un choix optimal des meilleurs implants du marché.

Le couplage entre le matériel biométrique Nidek® et l’implant monofocal Nidek® est optimal.

 

Les progrès constants dans la chirurgie de la cataracte, révolutionnés par le robot-laser femtosecond apporte la précision anatomique que l’on est en droit d’attendre d’une telle débauche technologique.

Les progrès des implants : les matériaux, le design et les caractéristiques optiques sont importants et apporte de nombreuses solutions très utiles dans une démarche de personnalisation.

 

L’élément le plus faible aujourd’hui devient le « calcul biométrique ». En effet, il s’agit de mesurer toutes les dimensions du globe, les courbures, afin de calculer au mieux les besoins en terme d’implant. Les procédés de mesure « contact » par échographie sont dépassés. Les procédés optiques par interférence-métrie sont aujourd’hui la règle.

 

Plus important encore, l’utilisation de formules de calcul multiples personnalisées selon les implants choisis.

 

Mais au final, ce qui garant d’une bonne précision réfractive, c’est la boucle de contrôle. C’est-à-dire mesurer ses propres résultats, et recalculer les constantes optimisées à nouveau régulièrement par régression logistique. En un mot, vérifier la qualité son travail.